Portrait Marie Flambard

atelier

– Comment en es tu arrivée à créer et à réaliser tes propres bijoux ?

Mon intérêt pour le bijou a toujours été important du plus loin que je me souvienne. Mais je n’ai commencé à créer mes propres bijoux qu’après avoir approfondit mon travail de la sculpture et du modelage. En effet, pour moi le bijou est plus qu’un simple objet d’ornement, il est avant tout une sculpture pour le corps intrinsèquement lié à celui-ci. Il fait corps avec l’être, et ne prend vie que lorsqu’il est porté.

 

 

– Quelle est ta matière de prédilection?

Je suis avant tout une plasticienne, amoureuse de la matière.

Ma matière de prédilection est pourtant le verre, aux multiples facettes et aux nombreux aspects, taillé, sablé, translucide, transparent, opaque, coloré ou bien spectral. J’aime le travailler en fusion, par érosion, sculpter à froid, découper ou à la cire perdue. Les manières de faire sont variés et toujours passionnantes. Chaque technique nécessite une approche différente… La patience, la rapidité, la dextérité, l’expertise et parfois toutes ces qualités réunies. C’est une matière qui réserve souvent des surprises à celui qui ne sait pas l’écouter.

 

 

– Qu’est ce que tu aimerais exprimer au travers de tes bijoux autour du thème « Corps Limite »?

Autour du thème de l’exposition « Corps Limite », je souhaite travailler l’aspect de la peau, de sa couleur en particulier, afin de créer un mimétisme.

D’une part, j’aimerais m’exprimer au travers d’excroissances, sur le thème de la phobie et du corps déformé… Le bijou fait alors corps avec la chair et contribue à sa déformation. Il s’agit d’une parure qui devient extension du corps lui même.

D’autre part, sur le principe de parcelles de peau qui représente des petites imperfections, je souhaite montrer ce que l’on considère trop souvent comme des défauts ce que l’on essaye de cacher, et ce qui fait en réalité notre identité. Par l’intermédiaire de perles en verre reprenant l’aspect d’un échantillonnage de différentes caractéristiques cutanées, je veux mettre en valeur ces petites parcelles de peau, en révélant ce qui fait d’un être un corps unique et androgyne, avec son histoire, ses blessures et son altération relative au temps.

 

 

 

https://www.facebook.com/marie.flambard

http://www.marieflambard.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s